et l’autisme en France ?

Scolarisation des enfants autistes : les réponses de la France ont de quoi inquiéter

LE PLUS. Les 13 et 14 janvier avait lieu l’audition de la France par le Comité des droits de l’enfant de l’Onu. L’organisation a mis en avant le problème de scolarisation des enfants autistes, en rappelant le retard de la France à ce sujet. Pour Hugo Horiot, de nombreux efforts restent à faire.

Édité et parrainé par Rozenn Le Carboulec

En France, seuls 20% des enfants autistes sont scolarisés (M.PATTIER/SIPA)

L’autisme en France touche 650.000 personnes. L’autisme en France c’est 8.000 naissances par an. L’autisme représente 1% de la population. En France, seuls 20% des enfants autistes sont scolarisés, contre 80%, voire 100 % dans les autres pays d’Europe ou encore au Canada ou aux États-Unis.

L’Onu, pour l’inclusion dans des écoles ordinaires

Le Conseil de l’Europe, chargé de la défense des droits de l’Homme sur le continent, estime que le droit des autistes n’est pas respecté en France, tant pour être scolarisés dans les mêmes écoles que les autres enfants, que pour profiter de la formation professionnelle. L’Onu appelle également le pays des droits de l’Homme à engager un processus général de désinstitutionalisation. Selon l’organisme, “aucun élève ne peut être exclu du système d’enseignement général sur le fondement de son handicap et seuls les systèmes éducatifs de type inclusif peuvent offrir aux personnes handicapées un enseignement de qualité et la possibilité d’améliorer leur situation sociale”.

Les 13-14 janvier 2016, se tenait à l’Onu l’audition de la France par le Comité des droits de l’enfant, dans le cadre du 5e rapport périodique de la France.

 “(…) Plutôt que de financer des programmes d’éducation inclusive, on a tendance à placer les enfants dans des écoles spécialisées, et c’est un concept qui prévaut largement en France, notamment au sein des écoles primaires. Et même à la maternelle il semblerait qu’il y ait des classes spécialisées pour enfants handicapés, ce qui n’est pas sans nous poser de problèmes puisque notre objectif est justement de promouvoir autant que faire se peut l’inclusion de ces enfants dans les écoles ordinaires”, a interrogé l’Onu.

Des réponses qui ont de quoi s’inquiéter

Concernant l’autisme, de nombreux professionnels en France continuent en effet de refuser de se former, agissant ainsi à l’encontre des recommandations de la Haute autorité de santé de 2012.

La France, dernier pays a encore pratiquer “le packing“, a été notamment questionnée sur les nombreux cas de “surinstitutionnalisation” et de maltraitance perpétrée sur des sujets autistes ainsi que sur l’opposabilité des recommandations de la HAS.

“Pour en revenir à la surmédication qui a été considérée par le rapporteur spécial comme traitement inhumain et dégradant, il n’y a que des recos, pas d’obligation juridique qui interdit ces pratiques ?”

Les réponses de monsieur Vinquant, directeur général de la cohésion sociale, et de monsieur Acef, conseiller en charge des personnes handicapées, donnent lieu de s’inquiéter.

“Il n’y a pas d’opposabilité juridique des recos dans le domaine de l’autisme, mais il n’y en a pas non plus quel que soit le champ concerné.”

De quoi douter de leur bonne foi, surtout quand une jurisprudence de 2011 affirme le contraire.

2016, pas l’année des bonnes résolutions

Cette réponse des représentants de madame Marisol Touraine met donc sérieusement en doute la volonté affichée du ministère de s’orienter vers une politique inclusive concernant le handicap et d’éradiquer la surinstitutionnalisation des sujet autistes et du handicap en général ainsi que ses pires dérives.

2016 ne semble pas être l’année des bonnes résolutions pour la France, qui rappelons-le, a déjà été condamnée cinq fois par le Conseil de l’Europe pour discrimination à l’égard des personnes autistes.

 

 


 

Emission du dimanche 19 janvier 2014 20:50
Enfants handicapés : révélations sur les centres qui les maltraitent

Enfants handicapés : révélations sur les centres qui les maltraitent

Depuis quelques semaines, un Institut Médico Éducatif accueillant des enfants handicapés défraye la chronique : des membres du personnel dénoncent de nombreux actes de maltraitance envers les enfants. Les caméras de Zone Interdite sont les seules à avoir pu pénétrer dans cette institution et filmer la maltraitance subie par les enfants. Des images chocs dans lesquelles on peut voir des enfants attachés, enfermés dans des cages de verre, lavés en groupe, garçons et filles mélangés sans aucune intimité.

En France aujourd’hui, près de 700 000 personnes sont porteuses d’un handicap mental. Autisme, trisomie 21, maladies génétiques : chaque année, il naît entre 6 000 et 8 500 enfants qui ne pourront jamais, pour la plupart, être totalement autonomes.

La France manque cruellement de structures adaptées. Une pénurie qui ne laisse souvent d’autre choix aux parents que de placer leurs enfants très loin du domicile familial, voire à l’étranger. Les parents ignorent bien souvent comment leurs enfants sont pris en charge. Un mystère qui laisse la porte ouverte à tous les abus : violences psychologiques, physiques ou même sexuelles. Des milliers d’enfants handicapés seraient ainsi victimes chaque année de maltraitance.

Pendant plus d’un an, les caméras de Zone Interdite ont enquêté sur la prise en charge de ces enfants pas comme les autres. Une enquête accablante. Maltraitance médicamenteuse dans certains établissements : des autistes y sont attachés et bourrés de neuroleptiques sans aucun accompagnement. Violences physiques et humiliations. Nous avons suivi le procès d’éducateurs violents confondus par des vidéos accablantes…
Brisant la loi du silence, ce film de 90 minutes met en lumière le quotidien d’enfants jusque-là ignorés.

Réalisateur : Nicolas Bourgoin. Productions : Zed

 

Pour revoir cette émission :

http://rutube.ru/video/b580bdec093b4dd8b40072f86b560e9a/

 


 

 

“L’édito” par Hugo Horiot

C’est un fait : en matière d’autisme, la France accuse un demi siècle de retard.

Crédit photo : Merlin Brenot
L’Etat continue à subventionner grassement des charlatans qui refusent d’appliquer les recommandations de la H.A.S (Haute Autorité de Santé), perpétuant ainsi les approches d’inspiration psychanalytique de l’autisme qui n’on fait que démontrer leur impuissance, pour ne pas dire leur nuisance.
En France, la psychanalyse est la gangrène de l’autisme. Celle-ci assimile l’autisme à une psychose, faisant fit des avancées scientifiques qui pointent une construction neuronale particulière. C’est pourquoi on continue à préconiser l’internement massif et systématique des personnes autistes et de leur fermer les portes des écoles.
Les familles, les mères surtout, sont stigmatisées et culpabilisées. Leurs enfants sont isolés. En France, 20% des enfants autistes sont scolarisés contre plus de 80% dans de nombreux pays européens et dans le monde.
Les personnes avec autisme et leurs familles se battent depuis 50 ans pour que leurs droits fondamentaux cessent d’être bafoués, comme le droit à l’éducation et le droit à l’accès aux méthodes reconnues par la communauté scientifique internationale, à savoir les méthodes comportementales et développementales recommandées par la HAS. Dans une démocratie ou le mot « égalité » fait partie de la
devise nationale, est-ce trop demander ?
Si on s’en réfère à ce témoignage, il faut croire que oui…Hugo Horiot

 

 


 

Rentrée 2014, lettre adressée aux enseignants : http://www.nellycoroir.fr/psychologue/Intro_files/lettre%20ouverte%20aux%20enseignants%20nov%202014.pdf

 


 

Education des enfants autistes: la France condamnée

Par , publié le

Le conseil de l’Europe reproche au gouvernement d’avoir intégré trop peu d’enfants autistes dans les écoles, en dépit d’une première sentence à ce sujet. Sa décision fait suite à une réclamation collective.

Education des enfants autistes: la France condamnée

Olivia Cattan et son fils de 8 ans, autiste, sur le chemin de l’école. Dans son livre, D’un monde à l’autre, autisme : le combat d’une mère (Editions Max Milo), elle raconte les obstacles qu’elle a surmontés pour que son enfant fréquente l’école ordinaire.

 Le Conseil de l’Europe vient de condamner la France pour ne pas avoir respecté le droit des enfants autistes à recevoir une éducation. Le pays avait en effet ratifié, il y a quinze ans, la Charte sociale européenne, qui le garantit. Dans la décision, que L’Express a pu consulter, les 13 experts indépendants réunis par cette instance de défense des droits de l’homme ont conclu à l’unanimité que, en France, “il y a violation de la Charte sociale européenne révisée en ce qui concerne le droit des enfants et adolescents autistes à la scolarisation en priorité dans les établissements de droit commun, et l’absence de prédominance d’un caractère éducatif au sein des institutions spécialisées“.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/education-des-enfants-autistes-la-france-condamnee_1320359.html

ILS NOUS SOUTIENNENT...